Accueil

Actualités

Musée Fesch
  • Agrandir le texte 
  • Reduire le texte 
  • Ajouter à mon espace perso 
  • Télécharger au format PDF 
  • Version imprimable 
  • Retour 
Conférence : "Sainte-Hélène, 2015", avec Jean Mendelson, Ancien ambassadeur de France à Cuba
Samedi 19 octobre 2019

A 18h30, Grande Galerie

Chaque enquête le prouve : Napoléon est, avec Robespierre, un des deux personnages les plus clivants de l'histoire de France. Cette division ne correspond pas à une logique politique : en effet, les partisans ou contempteurs de Napoléon se situent sur l'ensemble de l'échiquier politique ou philosophique, et ces lignes de fracture originales se retrouvent également à l'échelle internationale, s'agissant du personnage historique français le plus connu dans le monde. Comment expliquer que Napoléon ait pu être admiré à la fois par Karl Marx, Victor Hugo et Augusto Pinochet, par Maurice Barrès comme par Louis Aragon, et que parallèlement il suscite l'hostilité la plus vive de la part d'auteurs aussi bien de gauche que de droite, aussi bien d'extrême-droite que d'extrême-gauche ? 

Cette interrogation nous entraîne vers une réflexion sur l'actualité de Napoléon, non seulement en raison de la permanence et de la stabilité de son œuvre, mais aussi par sa présence dans les débats contemporains - réflexion née au cours d’une mission diplomatique particulièrement longue et originale, en bateau à Sainte-Hélène. Cette mission, qui coïncidait avec les manifestations du bicentenaire de l'arrivée de Napoléon dans son île-prison, avait pour objectif la signature d’un accord sur la réorganisation de la gestion des Domaines nationaux de Sainte-Hélène ; mais elle a aussi vu la Royal Navy  rendre hommage au prisonnier, comme un symbole de l'évolution du regard britannique sur Napoléon, perceptible dès sa mort en 1821, et plus encore depuis la visite à Paris de la reine Victoria. Cette mission a permis aussi de prendre la mesure du caractère sans pareil de ces Domaines nationaux, un des lieux où on perçoit avec le plus d'évidence la présence du souffle de l'Histoire.