Accueil

Panorama

Musée Fesch
  • Agrandir le texte 
  • Reduire le texte 
  • Suggérer à un ami 
  • Télécharger au format PDF 
  • Version imprimable 
  • Retour 
Le cardinal Fesch

Demi-frère cadet de Letizia Bonaparte, mère de l’empereur Napoléon, Joseph Fesch naît à Ajaccio le 3 janvier 1763. De retour en Corse, après l’obtention d’un titre de docteur en Théologie, il est nommé en 1787 archiprêtre de la cathédrale d’Ajaccio. Pendant la Révolution française, il quitte la Corse avec la famille Bonaparte. Privé de ressource, il suit son neveu Napoléon lors de la campagne d’Italie. Cette période marque le début de son aisance financière et de sa passion pour l’art. En 1802, Joseph Fesch revient à l’état ecclésiastique et est nommé archevêque de Lyon, primat des Gaules. Il est élevé au rang de cardinal en 1803 et est désigné comme ambassadeur de France auprès du Saint-Siège. La négociation de la cérémonie du sacre avec le pape Pie VII lui vaut la charge de grand aumônier de l’Empire. À partir de 1805, le conflit entre Napoléon Ier et le pape s’exacerbe, le cardinal Fesch doit renoncer à son ambassade auprès du Saint-Siège. De retour à Paris, il cumule des charges religieuses importantes. Après la chute de l’Empire et son exil à Rome en 1815, il conserve plusieurs charges et se consacre à des activités pieuses, tout en enrichissant sa collection. Il achètera régulièrement, souvent par lots, de nombreuses oeuvres. Il meurt le 13 mai 1839, laissant un ensemble de 16 000 tableaux, dont près d’un millier constitue le noyau de la collection du musée Fesch.