Ouverture du CIAP
(Centre d’Interprétation
de l’Architecture
et du Patrimoine) –
“AIACCIU BELLU”

14 février 2024

LE CIAP PRATIQUE


Le CIAP Aiacciu Bellu, ancienne maison Elisa, quai L’Herminier, Ajaccio.

Ouverture au public à partir du mercredi 14 février 2024

Entrée libre et visite gratuite

Du 1er novembre au 30 avril : 09h00 – 12h00 / 13h00 – 17h00

Du 1er mai au 31 octobre : 09h15 – 18h00

Contacts :

04.95.26.80.66 (Accueil)

04.95.26.26.29 (philippe perfettini, animateur du patrimoine)

04.95.26.26.17 (louise andreucci, service billetterie-boutique)

Site internet : ciap.ajaccio.corsica.fr

Le CIAP, Un outil de découverte du patrimoine d’Ajaccio

Le CIAP, Un outil de découverte du patrimoine d’Ajaccio
Le Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine (CIAP) « Aiacciu Bellu » sera inauguré par les élus de la Ville d’Ajaccio et leurs partenaires ce mardi 13 février 2024.

Situé dans l’ancienne Maison Elisa, ce nouvel outil propose une véritable immersion dans le patrimoine local et traduit la politique conduite par la Ville d’Ajaccio pour assurer la préservation et la mise en valeur de celui-ci.

Un Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine (CIAP) est un espace de médiation culturelle de proximité, dont l’objectif est de sensibiliser, d’informer et de former tous les publics à l’architecture et au patrimoine d’un territoire.

La création de celui de la Ville d’Ajaccio entre dans le cadre du label Ville d’Art et d’Histoire, obtenu le 15 novembre 2012. La convention qui lie la Ville d’Ajaccio à l’État (ministère de la Culture) et à la Collectivité de Corse a pour objectifs principaux de :

  • Sensibiliser les habitants à leur cadre de vie et inciter à un tourisme de qualité,
  • Initier le jeune public à l’architecture, au patrimoine et à l’urbanisme,
  • Présenter la ville dans un Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine.

Ce nouvel outil formalise ainsi l’engagement pris par la Ville d’Ajaccio vis-à-vis de ses partenaires. Plus largement, il traduit sa volonté de mener une politique dynamique en matière de préservation et de mise en valeur de son patrimoine. À travers son contenu, le CIAP se présente comme un espace propre à développer une identité du territoire pour la population locale, ainsi qu’une activité économique raisonnable et raisonnée liée au tourisme d’histoire. En ce sens, il participe pleinement à la dynamisation du cœur de ville.

 

RACONTER AJACCIO ET SON HISTOIRE..

Baptisé « Aiacciu Bellu », en hommage à l’ode composée en 1932 par le barde Maïstrale pour vanter la douceur de vivre à Ajaccio, ce Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine a été conçu pour être un outil de vulgarisation de l’histoire d’Ajaccio. Il est mis à la disposition de toutes les catégories de population, des visiteurs les plus jeunes aux plus âgés, des Ajacciens aux touristes de passage.

Cet établissement culturel, véritable porte d’entrée sur le territoire, vient inscrire les éléments du patrimoine local dans un récit, depuis la géographie ajaccienne jusqu’aux différentes séquences historiques qui l’ont façonnées.

Le contenu du CIAP Aiacciu Bellu s’organise en plusieurs chapitres :

  • Chapitre 1 : Ajaccio et sa géographie,
  •  Chapitre 2 : Les temps obscurs, de la Préhistoire à la première implantation génoise,
  • Chapitre 3 : 1492, Ajaccio à son premier matin, de l’ère génoise à la conquête française,
  • Chapitre 4 : De Napoléon Bonaparte au cardinal Fesch, entre 1800 et 1850,
  • Chapitre 5 : De Napoléon III à la Première Guerre mondiale, l’âge d’or d’Ajaccio,
  • Chapitre 6 : De la fin de la Première Guerre au XXIe siècle, un siècle de mutations.

Le CIAP est un guide et, à ce titre, il indique la direction à suivre… Ainsi conçu, il permet une immersion dans le patrimoine local et propose des itinéraires de découverte. Ces itinéraires ont pour but de forger une fréquentation régulière des sites patrimoniaux présents sur le territoire en vue de dégager des retombées économiques. Leur diversité (histoire, architecture, botanique, etc.) permet non seulement de satisfaire le plus grand nombre, mais également de quadriller la totalité du territoire ouest et nord-ouest dans une zone comprise entre la Parata, Capo di Feno, le château de la Punta et la Citadelle.

DANS UN LIEU DÉDIÉ…

Le Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine Aiacciu Bellu est situé au sein de l’ancienne Maison Elisa, un bâtiment présentant un caractère historique remarquable puisqu’il s’agit de l’ancienne gare maritime d’Ajaccio.

Totalement réhabilité pour accueillir le CIAP, le site est facilement accessible

à la population et aux touristes. Son implantation centrale, en plein cœur de ville, se situe à la croisée des chemins : à proximité des gares maritime, routière et ferroviaire, du marché de la place Campinchi, de l’Office Intercommunal de Tourisme (OIT), et non loin de lieux culturels majeurs comme le Palais Fesch ou la Citadelle.

Cet outil est organisé en trois espaces distincts :

  •  Accueil/boutique (environ 25 m²) :

Depuis le Quai L’herminier l’entrée se fait latéralement dans l’aile Nord, offrant le dégagement minimum pour se diriger vers la salle multimédia ou vers la banque d’accueil.

Celle-ci est en liaison directe avec l’étage réservé au personnel.

  •  La salle dite des panoramas (50 m²) :

Ses proportions sont optimales pour la présentation de la maquette 3D de la ville, avec le grand écran de projection adossé verticalement à celle-ci, et pour offrir un dégagement

suffisant sur ses trois côtés pour les spectateurs.

  •  La salle dite des chroniques (environ 30 m²) :

Située dans l’aile Sud, le volume de cette salle convient pour présenter des chroniques permettant d’approfondir des sujets liés à l’histoire et aux traditions d’Ajaccio par le biais

d’autres équipements multimédias. La sortie des visiteurs se fait par cet espace.

GRÂCE À DES OUTILS DE MÉDIATION DÉDIÉS…

Le CIAP Aiacciu Bellu dispose d’équipements multimédias permettant une découverte très pédagogique du patrimoine local :

  • Une maquette 3D pour mieux découvrir le territoire

À travers des panneaux didactiques, d’un film de 15 minutes, d’une animation de l’évolution urbaine sur une maquette 3D, la salle des panoramas permet de reconstituer les rapports entre l’habitant, son environnement urbain et son environnement naturel.

Le golfe d’Ajaccio s’étend des îles Sanguinaires à Capo di Muru. Par sa géographie, sa faune et sa flore exceptionnelles, il fait intégralement partie du réseau des sites Natura 2000, est inscrit dans le sanctuaire Pelagos, tandis que les îles Sanguinaires et la pointe de la Parata sont labellisées Grand Site de France. C’est dans la baie d’Ajaccio et jusqu’à Campo dell’Oro que s’inscrit la majorité du tissu urbain d’une ville fondée en 1492 et devenue chef-lieu de la Corse en 1811. Ainsi, et outre sa vocation militaire et administrative, Ajaccio

entretient un rapport étroit et vital avec ses espaces naturels marins et terrestres dans l’écrin d’un des plus beaux golfes du monde.

  • Plongeon dans l’histoire et les traditions

Grâce à une frise chronologique et à des projections de films de 3 minutes, la salle des chroniques offre des points de vue plus détaillés sur l’histoire, les traditions et l’art de vivre locaux, en abordant des thèmes aussi variés que Napoléon, la Madunnuccia ou la guitare.

L’histoire d’Ajaccio oscille entre des évènements anodins et d’autres liés à la grande Histoire. Ceci contribue à la magie de cette ville. Après les temps troublés du Moyen Âge, Ajaccio ressuscite en 1492 sous la domination génoise et se transforme progressivement en une ville de commerce organisée autour d’une citadelle. C’est au début du XIXe siècle qu’Ajaccio entre véritablement dans la modernité sous l’influence de Napoléon. Berceau d’une dynastie qui domine l’Europe, la ville sort de l’anonymat et devient, peu à peu, un passage obligé en Méditerranée grâce aux aménagements programmés par Napoléon Ier et par Napoléon III. Le XXe siècle consacre Ajaccio comme première ville française libérée pendant la Seconde Guerre mondiale.