Matthias Stomer – Le Sacrifice d’Isaac

Matthias Stomer

(Amersfoort, vers 1600 – Sicile, 1681 ?)

Le Sacrifice d’Isaac

On ne connaît pas bien la vie de Matthias Stomer, ou Stom. Il s’agit d’un artiste hollandais qui a fait presque toute sa carrière en Italie, à Rome, à Naples puis surtout en Sicile. Il semble être resté toujours fidèle, par sa manière de peindre comme par ses sujets, à la tendance réaliste, dite caravagesque, qui traverse l’Italie puis une grande partie de l’Europe durant la première moitié du XVIIe siècle. Parallèlement en effet au classicisme bolonais, fait de réalisme autant que d’idéal, tourné vers la Renaissance et l’Antiquité, un autre courant, plus franchement naturaliste, est initié par un peintre lombard installé à Rome en 1592, Michelangelo Merisi da Caravaggio, dit Caravage en français.

L’artiste a donné son nom à un nouveau style, dont on peut décrire ainsi les principaux aspects : naturalisme de la représentation, refus de l’idéalisme, figures grandeur nature proches de la surface du tableau, lumière dirigée faisant sortir les personnages de l’ombre, nouveaux sujets profanes.

Le Sacrifice d’Isaac illustre un épisode biblique très souvent représenté. Stomer montre l’adolescent Isaac soumis à la volonté de son père, Abraham, qui obéit lui-même à l’injonction divine d’égorger son fils. Mais un ange aux ailes d’oiseau de proie et au regard mélancolique vient au dernier moment arrêter le geste du père. C’est le bélier qui sera sacrifié à la place du garçon.

Le corps d’Isaac, noueux et dur, s’étend au premier plan du tableau, sculpté d’ombres noires qui lui donnent un relief presque tangible, comme pour faire toucher du doigt cette vie humaine dont le sacrifice a été empêché par la volonté de Dieu. Le beau visage ridé d’Abraham semble figé par la stupéfaction, comme s’il ne comprenait pas encore ce qui est en train de se produire. La composition, presque agressive par son réalisme, est éclairée d’une lumière froide, implacable, qui en augmente encore la dureté.


 

Partager sur les réseaux sociaux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin
Visite numérique

Découvrir les autres oeuvres