Véronèse – Léda et le cygne

Paul Véronèse, Paolo Caliari, dit

(Vérone, 1528 – Venise, 1588)

Léda et le cygne

Le tableau de Véronèse, peint vers 1580, est le somptueux héritier d’une série de nus mythologiques vénitiens, notamment des Vénus de Giorgione et Titien. Le sujet est tiré des Métamorphoses d’Ovide, et narre les amours de Jupiter transformé en cygne pour s’unir à Léda, l’épouse de Tyndare. De cette union de la jeune femme avec le dieu naîtront Hélène et Castor.

D’un érotisme qui pouvait choquer encore au début du XXe siècle, où le musée du Louvre refusa de l’exposer pour cause de « pudeur publique », le tableau est un très bel exemple de l’interprétation des mythes antiques par les artistes de la Renaissance, qui peignaient pour une élite cultivée, avide de beauté païenne. La peinture représente un sommet de couleur et de sensualité vénitienne, avec ses teintes blanches, vertes et pourpres qui semblent se refléter sur le corps nacré de Léda. Ce corps ferme et musclé, avec son épaule démesurée, rappelle toutefois l’admiration de Véronèse pour Michel-Ange.

Avec Tintoret, et comme lui sur les traces de Titien, Véronèse devient le grand artiste vénitien de la deuxième partie du XVIe siècle. Moins dramatique et plus classique que Tintoret, il est le peintre chaleureux d’immenses compositions religieuses aux accents profanes (Les Noces de Cana du musée du Louvre), de décors illusionnistes dans les villas construites par Palladio dans les environs de Venise, et comme ici, d’œuvres mythologiques intimistes.

Léda et le cygne est un tableau MNR (Musée Nationaux Récupération), sigle désignant les tableaux récupérés par les alliés en Allemagne après la dernière guerre et qui, n’ayant pas pu être restitués à leurs propriétaires, ont été déposés dans différents musées.


 

Partager sur les réseaux sociaux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin
Visite numérique

Découvrir les autres oeuvres